L’Ísland – de Vík aux fjords de l’Est

Après avoir photographié nos premières chutes d’eau, la perspective de voir nos premières aurores boréales du voyage nous alléchait. Les prédictions pour le soir venu n’étaient pas folles, mais le ciel s’annonçait dégagé.

En Islande, la météo des aurores boréales sont disponibles sur le site vedur.is, qui indique l’intensité probable du phénomène ainsi que l’état de la couverture nuageuse au-dessus du pays. Chose indispensable dans ces contrées. Si les météorologues se sont révélés impressionnants de fiabilité concernant la pluie, le vent et les marées, on reste dubitatif concernant les lumières du Nord : le phénomène annoncé fort l’après-midi (5/9) pouvait décroitre à un miserable 2/9 (voire moins) une fois la nuit tombée.

Ainsi, ce soir-là à Vík, nous avons jalonné les alentours en attendant le phénomène magique. Chose curieuse, en roulant nous avons aperçu nombres de véhicules parqués n’importe comment sur le bas-côté jusqu’à nous rendre compte que c’était d’autres photographes aux aguets. Oui, dans l’hiver islandais, vous risquerez de croiser plus de photographes la nuit que le jour.

2015_03_24_Islande_007

Toujours est-il que la nuit fut calme, le spectacle céleste ne voulant nous gratifier de ses plus beaux atours, avec qu’un paisible halo verdâtre ne venant moirer les cieux.

Le lendemain, ce fut un nouveau réveil avant l’aube qui nous attendait, afin de retourner sur la plage noire de Dyrhólaey et ses fameux piliers rocheux appelés Reynisdrangar. Les vagues sont impressionnantes de force, et réputées pour avoir entrainé et noyé aux larges quelques imprudents. J’ai tenté quelques selfies en pause longue perché sur un rocher, mais quelques vagues d’intensités démesurées sont venues me lécher les chaussures et m’envoyer des décharges d’adrénaline dans l’épine dorsale. Je finirais les pieds humides mais l’expérience aura été grandiose et un de mes meilleurs souvenirs du voyagegg !

2015_03_24_Islande_179

Puis nous sommes retourné prendre le petit-déjeuner à l’hôtel avant de poursuivre notre route.
En milieu de journée, nous avons poussé jusqu’à Fjaðrárgljúfur, un canyon datant de l’âge glaciaire. Des promontoires herbeux s’avancent en langues chétives au-dessus d’une ravine de 200m de haut au fond de laquelle s’écoule une rivière surgissant d’une cascade. On s’attend à voir voler les ptérodactyles.

2015_03_24_Islande_321

Jökulsarlon fut notre prochaine étape, un lac dans lequel vient fondre placidement le glacier Vatnajökull, en y laissant dans son sillon une ribambelle d’icebergs. C’est un des endroits les plus touristique d’Islande, et pas aussi paisible qu’on voudrait pour admirer la flottaison de ces cubes turquoises. A l’embouchure du lac dans la mer, les icebergs viennent s’échouer sur une plage de sable noir. Notre première visite à marée basse nous a laissé dubitatif, mais au crépuscule l’effet fut saisissant, les vagues venant lécher ces délicats cristaux sur fond de tempête maritime.

2015_03_24_Islande_413

2015_03_24_Islande_438

On aurait pu passer des heures à photographier le phénomène, chaque vague et chaque glaçon donnant un résultat différent, malheureusement la nuit puis la neige sont venus nous déranger trop rapidement. Le lendemain, un vent et une pluie rendit notre excursion misérable, ne sachant que mouiller notre matériel et nous rendre grincheux.

Höfn fut notre destination pour deux jours de repos. Ce port de pêche est presque une ville comparé aux hameaux rencontrés depuis Reykjavik et s’illustre essentiellement pour ses langoustines.

2015_03_25_Islande_006

Humarhöfnin est certainement le meilleur restaurant du coin, délivrant de savoureuses et juteuses langoustines à la fraicheur inégalée. Un incontournable du périple, sans aucun doute.

2015_03_25_Islande_015

Les photographes, eux seront surtout intéressés par Vestrahorn, quelques jolis pics rocheux précédés d’une plage de sable noir aux sympathiques dunes couronnées de touffes herbeuses. Cette plage m’a rappelé Wharariki Beach en Nouvelle-Zélande et désormais compétite dans mon coeur au titre de la plus belle plage du monde.

2015_03_26_Islande_038.jpg

2015_03_26_Islande_048.jpg

Le spectacle est superbe, nous nous y rendîmmes par trois fois, même si la première visite me laisse tout de même un souvenir désagréable : par mégarde, les filtres à densité neutre prêté pour l’occasion par le président de mon club photo se sont échappés pour se briser sur les rochers…
A ce sujet, ce périple a été terrible pour mon matériel, en outre d’avoir émietté ces filtres, j’ai également arraché le fil de ma télécommande, perdu mon couteau, soufflé de l’air sec en bonbonne qui a laissé une tâche graisseuse sur mon capteur (ne jamais faire ça !!), effiloché mon sous-vet thermique et même craqué mon pantalon. C’est à partir de là que le moral a commencé à s’entacher.

2015_03_26_Islande_219.jpg

Incoming search terms:

  • vestrahorn l hiver
Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à L’Ísland – de Vík aux fjords de l’Est

  1. Kim dit :

    Salut Régis!
    Tu sembles passer un beau voyage en Island, nous aussi on regardait pour y aller vers la fin de l’été. l’île a l’air magnifique avec des beaux phénomènes naturel. Finalement on a choisi l’Indonésie comme destination ;)! Bref je voulais te dire un petit coucou et que tes photos sont superbes, tu as du talent!
    Profites bien, bisous
    Nick et Kim (QC)

    • Salut Kim ! Comment allez-vous, avez-vous commencé la saison de vélo ?
      Merci pour le commentaire. Tu sais que ma mère est Indonésienne ? Donc là aussi, si tu as besoin de conseils, n’hésite pas à me contacter !
      Gros becs à Montréal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *