The Boat That Rocked_

C’est à bord du Spank Me, fameux voilier de course qui gagna une fois la régate Sydney-Hobart, que j’ai mis les voiles pour les Whitsunday Islands. Les Whitsundays est un archipel de 74 îles tropicales (dont seuls 4 n’ont pas obtenu le titre de parc national) au sable extra fin et à l’eau turquoise. La plus fameuse plage est la Whitehaven Beach, à la silice la plus pure du monde.
Pour s’y rendre, Airlie Beach est une cité portuaire de plus de 80 voiliers et autres vaisseaux organisant des excursions sur généralement 1, 2, 3 jours.
Le mieux est de réserver un tour directement en ville, en attendant des rabais substantiels sur les places vacantes. J’ai ainsi obtenu un séjour s’étalant sur 4 jours, ainsi que 2 nuits gratuites à Airlie Beach plus le stockage de mes bagages et 1h de hi-fi pour $370 alors que le prix était $70 supérieur à Agnes Water 2 jours avant pour le même navire, sans tous les petits extras.

C’est donc à bord du Spank Me qu’on a fait cap sur ces îles de rêve, pour la majorité inhabitées. Pour l’anecdote, l’une d’elle abrite le gagnant du « plus beau job du monde », soit habiter pendant une année sur une île déserte pour la promotion du Queensland et du patrimoine local.
Après avoir ancré au large de la Whitsunday Island, la plus grande de l’archipel, nous avons fait route le lendemain matin pour Inlet Point, le plus fameux lookout du coin, même si malheureusement le temps était plutôt nuageux et la vue pas aussi impressionnante qu’escomptée. L’après-midi fut consacrée au snorkeling, diving, bronzette suivi de la descente de quelques litres de goon (généralement des cubis de blanc de 4l, meilleur rapport qual.. euh, juste le prix à vrai dire) ou autre booze, soit une activité fort prisée sur un voilier.

Le lendemain, les 36 mètres de voilure nous emmenèrent à la fameuse Grande Barrière de Corail. Située à une quarantaine de kilomètres après la dernière île, les poissons n’attendaient que de se faire observer (ou c’est plutôt nous qui passions pour folklore, dépend du point de vue). J’ai néanmoins eu l’occasion de voir multitudes de poissons multicolores, du mini-mini jusqu’au massif de passé 1m qui t’épie si tu n’as quelque chose d’appétissant pour lui (un doigt par exemple, ça peut arriver qu’il essaye de gouter). J’ai également eu la chance de voir une demi-douzaine de requins des récifs, une raie aux ailerons jaunes nageant de conserve ainsi que Nemo et son papa. J’ai regretté de ne pas avoir de caméra étanche, mais le caisson qu’ils vendaient $400 à Airlie en vaut moins de $100 sur eBay…
Pour la dernière matinée, notre skipper Chris nous déposa sur le spot le plus spectaculaire des Whitsundays, qui valaient bien la Great Barrier Reef pour son décors et sa quantité de faune maritime. Heureusement que nous fîmes ancrage sur place la veille et apte à plonger à 7h, car il est assez… particulier de se trouver émerveillé par un véritable aquarium géant avec poissons partout, lever la tête de l’eau pour chercher un pote et se voir entouré par une quarantaine de tubas fluos et un chassé-croisé de navettes…

De retour sur le plancher des vaches, la soirée fut encore arrosée par le traditionnel pot partagé entre les 26 moussaillons et où les différents équipages débarquant le même jour se défient aux jeux à boire. Néanmoins, nous étions plutôt rodés (on va dire qu’une bonne proportion d’Allemands, d’Allemandes, et d’Anglais-es ça aide aussi) et que donc le Spank Me tient sa réputation de mettre la fessée aux autres !

R_

2010.11.26_Airlie Beach-11.jpg

Taggé , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *